QUI SOMMES-NOUS?

QUI NOUS SOMMES

Marcellin Champagnat fondait, le 2 janvier 1817, à La Valla (France), l’Institut sous le nom de Petits Frères de Marie, connus aussi comme Frères Maristes des Écoles depuis sa reconnaissance par le Saint-Siège en 1863 : FMS (Fratres Maristae a Scholis). Le deux centième anniversaire est à nos portes. Frères Maristes, nous sommes des religieux consacrés à Dieu et nous suivons Jésus à la manière de Marie. Nous vivons en communauté et nous nous engageons spécialement pour l’éducation des jeunes, en privilégiant spécialement ceux qui vivent différentes formes de pauvreté. Nous sommes quelque 3.500 frères, dispersés dans 79 pays sur cinq continents. Nous partageons notre tâche de manière directe avec plus de 40.000 partenaires laïques, et nous nous occupons d’environ 500.000 enfants et jeunes.

sommes-nous-1

La Province du Canada compte 107 frères répartis dans 19 fraternités ou communautés. Elle célèbre cette année le 128e anniversaire de l’arrivée des premiers frères français, en 1885.
L’itinéraire mariste aujourd’hui s’ouvre sur deux chemins d’engagement différents et complémentaires :
¢ Celui du laïc appelé à la vocation religieuse comme frère;
¢ Ou celui du laïc, homme et femme, appelé à la vocation laïcale mariste

La formation comprend des étapes conjointes ou appropriées à l’un ou l’autre appel. Dans un monde qui favorise une  » culture du provisoire  » il n’est pas facile de comprendre la fidélité à long terme, tant pour le mariage, le sacerdoce, la vie consacrée et la vie laïcale engagée. Nous sommes les victimes d’une culture à courte vue.

Le frère et le laïc maristes, luttent ensemble pour s’en libérer. Ils choisissent d’être le seul Évangile que peuvent lire actuellement les jeunes dans une Église et une Société qui cherchent leurs nouveaux points de repères.


Gérard Bachand, fms

NOS ORIGINES

En 1817 à La Valla, en France, Joseph-Benoît-Marcellin Champagnat, prêtre du diocèse de Lyon, fonde les Petits Frères de Marie, plus tard connus sous le nom de Frères maristes des écoles. Approuvée par le Saint-Siège en 1863, la congrégation de frères est vouée à l’instruction et à l’enseignement religieux des enfants. Elle se développe rapidement en France, puis à l’étranger à partir des années 1880. Six premiers maristes arrivent au Québec en 1885, sous la direction de frère Césidius (Régis Bruyère). Originaires de Notre-Dame-de-l’Hermitage, province française de la congrégation, ils s’établissent à Iberville (Saint-Jean-sur-Richelieu) à la demande de l’évêque de Saint-Hyacinthe, Mgr Louis-Zéphirin Moreau.

NOTRE HISTOIRE

qui-sommes-nous-02À leur arrivée à Iberville, les frères prennent la direction de l’école paroissiale de Saint-Athanase, connue ensuite comme le berceau des Frères maristes en Amérique du Nord. Sans tarder, ils fondent plusieurs établissements scolaires dans le diocèse de Saint-Hyacinthe (Waterloo, Upton, Roxton Falls, Granby, Beloeil) et en Nouvelle-Angleterre. Ils prennent en charge, en 1886, la maîtrise Saint-Pierre à Montréal, un établissement appartenant aux Oblats de Marie-Immaculée. Ils s’établissent également à Laval (1888), Drummondville (1891), Roberval (1897) et Québec (1899). Ils ouvrent, en 1890, le collège d’Iberville dans un nouvel immeuble qui abrite également le premier noviciat de la congrégation au Canada. Le noviciat est rapidement transféré à Saint-Hyacinthe, où les vocations sont nombreuses.

qui-sommes-nous-03La communauté, qui compte 13 frères en 1888, en dénombre 28 en 1891, 82 en 1898 et 120 en 1901. Elle crée le juvénat Notre-Dame du Rosaire à Iberville en 1892 et celui de Lévis en 1899. L’année suivante, le district d’Amérique du Nord compte 15 écoles paroissiales, six aux États-Unis et neuf au Québec, où l’on recense également neuf pensionnats-externats.

qui-sommes-nous-04En 1903, l’expulsion de France des congrégations religieuses non autorisées amène de nombreux maristes à chercher refuge à l’étranger. Plus de 76 frères s’établissent alors au Québec. Cette année-là, la province mariste d’Amérique du Nord est créée. Elle est divisée en deux provinces distinctes en 1911, une canadienne et l’autre américaine, en conséquence de la croissance rapide des effectifs de la communauté. À cette époque, 229 frères maristes sont au Canada, présents dans 35 établissements, essentiellement au Québec. L’expansion de la communauté se poursuit ensuite dans la province, notamment dans les régions de Montréal, de la Gaspésie et du Saguenay. En 1929, la maison provinciale, le juvénat et le scolasticat sont transférés dans un nouvel édifice à Iberville sur les bords de la rivière Richelieu.

qui-sommes-nous-05À la fin des années 1930, les Frères maristes du Québec se font missionnaires. Leur première mission les mène en Rhodésie (Zimbabwe) en 1938, où ils ouvrent une école l’année suivante. Particulièrement actifs dans ce pays, les Maristes multiplient également les fondations ailleurs, notamment en Zambie, au Malawi et au Cameroun.

En 1943, la province canadienne, qui compte alors plus de 500 frères, est séparée en deux : la province d’Iberville et la province de Lévis. Puis, la province de Desbiens est créée à même cette dernière en 1960. À cette époque, ils sont près de 800 maristes au Québec, où la congrégation a fondé plus de 65 établissements depuis son arrivée. La baisse des vocations et l’étatisation des établissements scolaires dans les années 1960 forcent toutefois la communauté à délaisser plusieurs écoles.

qui-sommes-nous-06En 1983, les provinces de Lévis et de Desbiens s’unissent sous le nom de province de Québec. Cette dernière fusionne à son tour avec celle d’Iberville en 2002 pour devenir la province des Frères maristes du Canada. Aujourd’hui en 2017 , ils sont près de 107 membres. Actuellement, leur mission consiste à accompagner les laïcs qui s’occupent de pastorale scolaire, de colonies de vacances et de plein air,de collèges  et aident les décrocheurs.