AVIS DE DÉCÈS : F. YVON BÉDARD, fms 1946-2021

Le frère Provincial de la Province du Canada et la Communauté de la Maison provinciale ont le regret de vous informer du décès de Frère Yvon Bédard décédé à la Maison Provinciale (Saint-Jean-sur-Richelieu) le samedi, 9 janvier 2021 à l’âge de 74 ans et 8 mois, et dans sa 57e année de vie religieuse.

Même si notre confrère Yvon avait dû faire un court séjour à l’hôpital de Saint-Jean-sur-Richelieu de quelques jours, surtout pour surveiller un diabète difficile à contrôler, il avait tôt fait de reprendre ses activités courantes. Vendredi soir, le 8 janvier, se sentant fatigué, il s’est retiré tôt : il nous a quittés au cours de la nuit, probablement suite à une indigestion qui lui fut fatale. Parti relativement jeune et en pleine activité, son départ crée un vide important dans la vie de notre Province et de l’Institut, de même que plusieurs autres communautés qu’il aidait de son expérience.

Né à Farnham dans une famille de 2 enfants – il était l’unique survivant – il s’est engagé définitivement dans la communauté en 1970. En 1967, après ses études d’École Normale, il enseigna durant cinq ans, dont 4 années au Juvénat Champagnat de Rock Forest. À l’aise avec les chiffres et la comptabilité, la communauté lui offrit l’occasion de se perfectionner afin de l’orienter au service de l’économat communautaire. D’abord adjoint à l’Économe provincial durant une dizaine d’années, il assuma la responsabilité d’Économe à compter de 1985; il constitua une équipe et sut s’entourer de conseils judicieux pour consolider le patrimoine communautaire. Ses compétences le firent remarquer au plan international : en 1993, il fut élu Économe général de l’Institut, à Rome, service qu’il exerça jusqu’en 2003, année où il revint à l’Économat provincial. Ses connaissances dans le domaine de la gestion l’ont tôt fait remarquer, de sorte que plusieurs communautés ont fait appel à lui pour professionnaliser leur propre département des finances.

On pourrait croire que ces longues années dans le domaine des finances le rendait moins sensible aux préoccupations apostoliques de la communauté. Bien au contraire! Pour lui, le service qu’il rendait au plan administratif et financier n’avait qu’un but : faciliter l’engagement de la communauté dans ses différents champs d’apostolat. Il en était conscient et savait en témoigner chaque fois qu’il en présentait le bilan. Yvon fut « le bon gérant de l’Évangile » à qui le Seigneur a probablement dit, samedi matin : « Puisque tu as été fidèle… entre dans la joie de ton Maître ».

TÉLÉCHARGER L’AVIS DE DÉCÈS EN PDF