AMI Émérite 2003 – Maurice Fortin

Texte composé par M.  André Carle
Mai  2003,   pour la réunion  de A.M.I.

Maurice Fortin, Monsieur, le Vénérable !
Marie-Ubald,  Frère,  !’Honorable!

 

  • Un homme bourré de talents, rempli aux as ayant plusieurs cordes à son arc;
  • Un homme consciencieux  et fiable, organisateur et dynamique dans toutes  ses actions et ses entreprises;
  • Un homme impliqué et engagé de volonté tenace et d’efficacité expéditive;
  • Un homme joyeux,  taquin,  moqueur, plein d’entrain  et de bonne humeur communicative.

 

Mais qui donc  parle  ainsi  … ? C’est  Arthur  l’Ancien  … ,    Arthur,  l’ancien   directeur  du Juvénat  St-Joseph, des années 50.  Frère Désiré-Gabriel    a bien  connu ce cher Ubald.  Il est  allé  le chercher  à Ville St-Pierre  de Montréal,   en plein milieu  d’une  année scolaire  pour remplacer un confrére.

Maurice  possédait  déjà  un  passé   glorieux.    Cette   belle   personnalité   avait  vu  le jour à  Tingwick,   comté  d’Artabaska,  le 27 octobre  1923,  Septième  de 9 enfants (dont 5 filles  et 4 garçons)  de Monsieur  Elzéar Fortin et de Dame Léda Comtois. Ceux-ci l’ont  confié  au juvénat  Notre-dame   d’Iberville   le 26 août 1937.  Noviciat,  profession religieuse  et école  normale  ont suivi de 40 à 43. Chicoutimi, Dorval,  Ville  St-Pierre  profitent  de cette  ardente  jeunesse.  En  1947 il   sera professeur au  juvénat St-Joseph. Durant  près de 8 belles années il  devient le Super  Ubald que  bien  des gens parmi nous ont connu.

Dans  un interview  récent, Frère Duguay continue  en disant ceci de Maurice :

  • Un confrère actif, généreux, ambitieux, mordant dans la nouveauté et  le changement pour du meilleur;
  • Un bon professeur, excellent pédagogue, éducateur passionné, intéressé aux progrès des élèves et à l’avancement de ses étudiants;
  • Un homme de discipline, parfois exigeant, quelque fois sévère, qui appréciait surtout l’effort et la bonne volonté;

Souvent Frère Ubald s’exclamait comme ceci …

Je ne comprends pas que vous ne compreniez pas ce que je comprends si bien ou comment se fait-il que vous ne compreniez pas ce que je vous explique  si bien  ?

Maurice  Fortin fut plus que  professeur  de mérite.  Il était animateur de chant et chorale,  de fanfare  et harmonie,  chanteur et musicien célèbre :

  • comme  le Bulletin  des  Études de  1952 l’écrivait déjà:   Frère   Ubald   s’est surpassé  en faisant  exécuter  à la perfection une magnifique  cantate  composée   par  Frère  Armand-Joseph :     cantate qui était  assaisonnée  de grandes  difficultés  inhérentes à toutes les œuvres de renom;
  • comme  il est écrit dans  un autre  Bulletin,  :    F.  Marie-Ubald  se surpassa  en cette fête solennelle de  Noël,   dans la réussite d’un  programme  musical fort élaboré,  dont la messe pontificale  de L. Pérosi que nos jeunes rendirent avec brio,  étonnant   alors les nombreux  assistants.

Frère Arthur continue  encore l’éloge  de Maurice Fortin.

  • Un improvisateur de fête,
  • un créateur de joie,
  • un gigueur  entraînant,
  • un chanteur peppé qui  célébrait tout le temps et que l’on  invitait  souvent.

 

Oui, bienheureux  ceux  qui  ont connu le fameux  jour  de l’an  de la compétition du  meilleur chanteur entre  Arthur  Duguay  et Joseph Lalancette,  suivi  de la démonstration   de gigues endiablées de  Ubald  et compagnies,  des  saynètes  improvisées, de chansons  à répondre,

Souvenirs  mémorables  aussi, les joutes  de hockey,  sous l’habile  et flamboyant  entraîneur  Marie-Ubald.  Que de nombreuses victoires !   Des  dizaines d’écoles,  y compris le  Collège Laval,  le Scolasticat d’Iberville essayaient  de  battre  le Juvénat  St- Joseph. Presque impossible avec la fougue communicative  d’Ubald   et de ses vaillants joueurs.   Preuves à l’appui consultez un Bulletin  des Études de 56 où certains  exploits  sont racontés.

Fouillez encore dans vos mémoires.  Rappelez-vous  le Lieutenant  Maurice  Fortin :

  • entraînement     militaire,
  • gymnastique     de  groupe,
  • cadets   de  précision,
  • fanfare    entraînante,
  • revues    annuelles,
  • compétitions      de secourisme,
  • démonstration      de   morse;
  •  tout   cela   dans    une   tenue    impeccable,    un   garde-à-vous      parfait,    un    enthousiasme débordant.

Quelles     merveilleuses       années     dues     à   la    compréhension       de     formateurs      avant-gardistes       quant     à   l’importance      de l’épanouissement     physique    pour  un  meilleur   rendement   intellectuel   :     sports   diversifiés   pour  des  études   de  qualité    en  vue   d’un esprit   équilibré.    Fréres   Désiré-Gabriel,     François    André,   Paul-Victor,    Marie-Ubald,    et  autres,   on  vous   en  doit  beaucoup    pour  ce que  nous  sommes    devenus.

Merci   à vous   Formateurs      des  corps,   des  esprits  et des  cœurs.

Maurice   a  rempli   deux   autres   fonctions   importantes    au  cours   de  20  autres   années   de  carrière   scolaire    :

  • une  dizaine  d’années   de  directorat    à Disraëli,     à Ville  d’Anjou,   à Jérôme-Le     Royer;
  • une  douzaine d’années de gestion   administrative  à La  Fédération  Provinciale   des  Directeurs   d’École et  au  Bureau    Régional     du  MEQ   à Montréal   et Laval.

Quant    Maurice    Fortin   décide    de  prendre    sa  retraite    en  1979,   il   commence     en   réalité    une   deuxième    carrière   de  service   et bénévolat.

En  résumé,   il    sera   :

  • animateur    ou  directeur    de  Chorale;
  • animateur    de  Comité   Liturgique    et de  Pastorale;
  • membre   de conseil   d’administration      de Caisse   Populaire    Desjardins;
  • conseiller     et  directeur   dans  !’Association    des  Fonctionnaires      Retraités    du  Gouvernement et  dans    l’Association   Québécoise    des  Directeurs   d’École    Retraités.

Dans  ses  moments    libres,   Maurice    et  sa famille   sillonnèrent    la  Belle   Province    en  plusieurs    occasions,     prenant   des  tangeantes vers  New-York,    la  Floride   et  l’Europe.    Le  voyage   en  Allemagne    fut  marquant    pour  eux,   surtout   le  Grand   Jeu  de  la  Passion   du Christ   à  Oberrammergau.     Ajoutez   encore   son  dévouement    pour    le  mouvement    Cursilliste   qui   a  la  chance   de  profiter   de  sa sagesse    et de  son  expérience     de  vie.

Nous   ne  sommes    pas  les  premiers    à  l’honorer,    bien   sûr.   Trophées    et  médailles    lui  ont  été  décernés    à  l’occasion,    pour   son implication    et son  efficacité :

  • Médaille    du  mérite   scolaire,   3• degré   avec  titre  de  commandeur;
  • Trophée    d’efficacité    militaire,   de niveau  provincial,    à titre   de  chef   instructeur;
  • Médaille    de  l’Ordre   de  la reconnaissance     de  la  Fédération    des  Directeurs    d’École   du  Québec;
  • Médaille   de !’Ordre   de  St-lsaac-Jogues,     paroisse    dont  il a organisé    le  cinquantième     anniversaire;
  • Médaille   de l’Ordre  de St-Michel,     de  niveau  diocésain,   décernée    par  l’archevêché    de  Sherbrooke;
  • Palme   d’argent   de !’Ordre   Équestre   du St-Sépulcre    de Jérusalem;
  • Coquille   du  Pèlerin  donnée   par  le Patriarche    de Jérusalem;
  • Membre   des  Chevaliers    de  Colomb   du 4• degré  et Membre   des  Amis  de  Saint-Benoît.

Nous   en   oublions     peut-être.   Aujourd’hui     l’A.M.I.    veut   elle   aussi   rendre    hommage     à  ce  vaillant    Héros   de   l’éducation    et  du bénévolat.     D’abord   nous   exprimons,     à  Toi  Maurice,   notre   reconnaissance    sincère    surtout    pour   ce  que   tu  as  fait  lors  de  ces années   de  Juvénat   St-Joseph    et comme    membre   participant    actif  à notre   association.

Nous  t’offrons    la  plaque   souvenir    de  ton  Titre   de  Professeur     ÉMÉRITE    et  l’album-souvenir     de  ce  qui  est  écrit   et fait  pour  toi aujourd’hui.     Nous   t’offrons     enfin,    selon   le  style   chantant   qui  t’a  si  bien   caractérisé,    les  rimettes   suivantes,       sur   un   air   bien québécois.

Paroles  composées par M. André Carte

**************************************************************************************************************************************